nom_site_spip
Accueil > Thématiques > Médecines traditionnelles > Pour une alliance fructueuse entre médecines traditionnelles et (...)

Le testament d’une pionnière, le Dr Yvette Parès

Pour une alliance fructueuse entre médecines traditionnelles et occidentale

La Fondation Denis Guichard est heureuse de vous offrir deux enregistrements du Professeur Yvette Parès. Beaucoup d’entre vous, qui lisez notre journal, connaissez le Pr Parès mais pour ceux qui ne la connaissent pas encore, voici en quelques mots - mais est-ce possible ?- quelle fut la richesse de sa vie.

Née dans le sud de la France, elle fait des études scientifiques à l’université de Montpellier. Parmi les spécialités enseignées - nous sommes à Montpellier ! - les plantes et leurs richesses thérapeutiques.

Puis elle est nommée à l’Université de Dakar, alors encore sous l’égide de la France. Elle conduit des recherches dans le laboratoire de l’Université. Elle apprend la médecine, tout en continuant ses recherches. Rien ne pouvait l’arrêter !

Voici qu’au cours de ses recherches sur la lèpre, dont elle découvre le bacille (ce qui aurait pu lui mériter des honneurs officiels !), elle constate que les plantes utilisées par la médecine africaine sont particulièrement efficaces. Cela lui pose un vrai dilemme.

Il faut savoir qu’à l’époque, la médecine africaine était inconnue, pour ne pas dire méprisée par les autorités. Nous utilisons, comme Yvette Parès, ce mot de "médecine", étant donné que c’est une thérapeutique riche, complexe, efficace,
qui lui permet de mériter tout à fait ce nom.

Au bout de trois ans d’hésitations, elle rencontre, par l’intermédiaire du jardinier de l’Université, un Maître. Le rendez-vous est pris et la voici devant lui ! Impressionnée, elle n’ose lui parler de son désir de connaître mieux les plantes d’Afrique. C’est lui qui va lui donner les plantes nécessaires à sa santé défaillante : il a l’œil juste et perçant. La rencontre finie, plus de nouvelles...

C’est seulement neuf mois plus tard que le Maître lui demande de l’accompagner : elle a été acceptée ! Et la voici, elle, médecin chercheur de l’Université de Dakar, suivant dès l’aube le Maître et ses disciples dans la brousse. Et là, elle apprend. Elle apprend pendant des années (plus de quinze ans) toute l’immense connaissance du Maître. Elle découvre son savoir sur tous les plans de l’Etre. Quand il cueille une plante, il la remercie, et son respect envers la nature est profond et admirable, digne des plus grands mystiques qui voyaient dans toute la nature le reflet de Dieu.

JPEG - 31.1 ko
Traitement des plantes à l’Hôpital de Keur Massar

Elle devient finalement, elle aussi, Maître. Elle fonde avec lui un hôpital pour soigner et accueillir les lépreux. Cet hôpital existe toujours, il ne soigne plus les lépreux mais toutes les maladies avec des remèdes formatés à l’occidentale (l’apport d’Yvette Parès), que l’on peut commander. Ils sont judicieux, composés de mélanges de plantes savants et efficaces (à l’hôpital, on soigne le sida mais… chut ! cela ne doit pas trop se savoir !)

Les difficultés ont été immenses pour le Pr Parès et pour l’hôpital, non encore reconnu par le gouvernement. C’est par la vente par correspondance que l’hôpital peut vivre. Certains Etats africains reconnaissent la médecine traditionnelle, qui est d’une richesse immense et pleine de promesses, malheureusement pas encore accomplies. L’Afrique a du mal à reconnaître ses propres richesses et trouve celles de l’Occident, par exemple, plus attirantes.

Hélas ! le Pr Parès en a énormément souffert, elle s’est battue de tout son cœur mais n’a guère été entendue. Elle était trop novatrice et c’est seulement aujourd’hui que l’on peut commencer à réaliser l’importance de ses découvertes. Elle n’a pas eu de successeur qui puisse faire fructifier ses découvertes, pas seulement en Afrique mais au niveau mondial : l’Hôpital de Keur Massar, à 30 kms de Dakar, fondé par le Pr Yvette Parès et Daddi Diallo, son Maître, est le prototype plein d’avenir d’une alliance fructueuse entre l’Afrique et l’Occident ; il devrait pouvoir servir de modèle pour que vivent les médecines traditionnelles de tous les pays du monde.

Les enregistrements que nous vous offrons avec émotion sont, en quelque sorte, le testament du Dr Parès.

Revenue en France, toujours en action mais avec tant d’incompréhensions autour d’elle ! Arrivées chez elle au sud de Narbonne, en 2010, pour l’enregistrer avec Chantal Perrin, nous la trouvons malade, très malade. C’est le cœur serré que nous l’avons écoutée, entendue, enregistrée. Sa voix était redevenue claire, nette, pleine d’énergie. Ce que vous entendrez démontre la rigueur, la clarté et… la nouveauté de sa pensée.

C’est une pionnière qui vous parle !

Son amie, Anne de Constantin

Ecoutez les enregistrements

La formation

Initiation à la médecine africaine

Pour en savoir plus

Le site Internet de l’Hôpital de Keur Massar

L’ONG sénégalaise Rencontre des médecines, fondée par Yvette Parès

Une biographie d’Yvette Parès

 Denis Guichard - Un nouveau regard sur le vivant - Tous droits réservés  - Webmaster : GSC